vendredi 1 novembre 2013

Hourglass #1 by Myra McEntire

Titre : Hourglass #1
Auteur : Myra McEntire (Etats-Unis)
Date de parution : 2011
Editeur : Egmont
Nombre de pages : 390



Résumé :
One hour to rewrite the past…

For seventeen-year-old Emerson Cole, life is about seeing what isn’t there: swooning Southern Belles; soldiers long forgotten; a haunting jazz trio that vanishes in an instant. Plagued by phantoms since her parents’ death, she just wants the apparitions to stop so she can be normal. She’s tried everything, but the visions keep coming back.
When her well-meaning brother brings in a consultant from a secret organization called the Hourglass, Emerson’s willing to try one last care. But meeting Michael Weaver may change not only her future, it may also change her past.
Who is this dark, sympathetic guy, barely older than Emerson herself, who seem to believe every crazy word she says? Why does it feel like an electric current runs through the room whenever he’s around? And why is he so insistent that he needs her help to prevent a death that never should have happened?

Une heure pour réécrire le passé…

Pour Emerson Cole, dix-sept ans, la vie consiste à voir ce qui n’est pas là : des Belles du Sud en pâmoison, des soldats depuis longtemps oubliés, un trio de jazz obsédant, qui disparait en un instant. Harcelée par les fantômes depuis la mort de ses parents, elle veut simplement que les apparitions cessent pour pouvoir être normale. Elle a tout essayé, mais les visions reviennent toujours.
Quand son frère bien intentionné ramène un consultant d’une organisation secrète appelée the Hourglass (le Sablier), Emerson est prête à essayer un dernier traitement. Mais rencontrer Michael Weaver pourrait ne pas changer uniquement son futur, mais aussi son passé.
Qui est ce sombre, compatissant jeune homme, à peine plus âgé qu’Emerson elle-même, qui semble croire chacune de ses folles paroles ? Pourquoi l’air semble-t-il devenir électrique chaque fois qu’il est dans les parages ? Et pourquoi insiste-t-il autant pour qu’elle l’aide à empêcher une mort qui n’aurait jamais dû avoir lieu ?
(Crédits de la traduction : moi-même :3 )

Mon avis :
J’ai d’abord remarqué ce livre à cause de sa couverture, absolument magnifique. Puis j’ai lu le résumé et « Ooh, un voyage dans le temps ! » « Ooh, des fantômes ! ». Il ne s’en est pas fallu longtemps pour que Hourglass rejoigne ma wish list, puis ma PAL, puis mes livres lus. Et je peux vous dire que je suis tout à fait satisfaite d’avoir craqué.

Depuis la mort de ses parents quatre ans plus tôt, Emerson est hantée par des fantômes, des apparitions plus vraies que nature, à tel point qu’il lui est parfois difficile de les distinguer des vivants. C’est un don dont elle se passerait bien, d’ailleurs elle et son grand frère Thomas ont tout essayé pour la débarrasser de ces visions intempestives. Sans succès. Ainsi quand Thomas lui présente un énième spécialiste, Michael Weaver de l’institution Hourglass, Emerson n’est pas franchement enthousiaste. Mais très vite il s’avère que Michael ne ressemble à aucun des « thérapeutes » auxquels elle a eu affaire par le passé. Il est jeune, il est beau, et surtout, il entretient le mystère sur sa personne et sur l’institution qui l’envoie.
Intriguée, mais surtout irrésistiblement attirée par Michael, Emerson mène l’enquête et va rapidement découvrir que son don ne consiste pas uniquement à voir des fantômes. Il pourrait même lui servir à empêcher un meurtre… qui a eu lieu six mois plus tôt.

Au début, ce livre m’a beaucoup fait penser à Rouge Rubis de Kerstin Gier. Pas uniquement parce qu’il est question de voyage dans le temps dans les deux, mais surtout parce que le style d’écriture des deux auteures, léger, fluide, plein de sarcasme et d’humour léger, se ressemblent énormément. Emerson et Gwendolyn (l’héroïne de Rouge Rubis), en plus de partager une prédisposition à voyager dans le temps et à voir des fantômes, partagent aussi leur façon de raconter les évènements. Mais la ressemblance entre les deux s’arrête là. Et heureusement, parce que même si j’avais beaucoup aimé Rouge Rubis, lire un remake n’aurait pas été passionnant.

Etant donné que la première phrase de la quatrième de couverture mentionne « une heure pour réécrire le passé », je m’attendais à ce que le voyage dans le temps arrive assez tôt dans le roman, or ce n’est pas le cas. La première moitié est surtout consacrée à la découverte des pouvoirs d’Emerson et à la levée progressive du mystère entourant l’institution Hourglass. Ce qui ne veut pas dire que je me suis ennuyée pendant tout ce temps ! J’ai aimé découvrir tous les personnages faisant partie de cette institution, les dons de chacun, et les modalités du voyage dans le temps.

J’ai beaucoup aimé l’héroïne, Emerson, pour son dynamisme, sa détermination et sa loyauté envers les personnes qu’elle aime. Et son humour m’a à de nombreuses reprises fait sourire.  La rencontre avec Michael, la découverte de l’institution Hourglass et l’annonce de ce que son don implique bouleverse sa vie, mais elle garde quand même la tête froide et accepte la situation relativement facilement.
Michael, le personnage masculin de l’histoire, m’a surtout plu pour son côté mystérieux au début du roman. Mais il ne m’a pas fait autant d’effet qu’à Emerson. Notre héroïne ne cesse de l’observer et de répéter combien il est beau (elle va même jusqu’à dire “his muscles have muscles” – ses muscles ont des muscles – pour vous dire à quel point il la perturbe). Personnellement, il m’a un peu agacée par moments, lorsqu’il laissait Emerson dans le doute soi-disant pour la protéger. Elle a déjà prouvé qu’elle était forte, elle n’a pas franchement besoin qu’on la protège, je trouve.
On a une sorte de triangle amoureux Michael-Emerson-Kaleb (le meilleur ami de Michael), même si ce n’en est pas vraiment un, puisqu’Emerson a très vite choisi vers qui allait sa préférence. D’ailleurs je trouve que ce triangle n’était pas forcément nécessaire. Mais le personnage de Kaleb m’a plu quand même.
Dans les personnages, il faut aussi noter Thomas, le frère d’Emerson, et son épouse, Dru, qui font office de parents pour notre héroïne et qui ont un vrai rôle dans l’histoire, pas seulement un rôle de figuration. C’est suffisamment rare dans les romans YA pour le souligner.

La fin amène son lot de révélations et de retournements de situation, m’amenant à revoir mon opinion sur nombre de personnages et à me demander comment j’avais pu ne me douter de rien. Prévoyez suffisamment de temps devant vous pour pouvoir lire le dernier quart d’une traite, parce que vraiment, ça va très vite, il y a beaucoup de suspense et la tension monte. Ce tome 1 ne se termine toutefois pas en cliffhanger, ce qui n’est d’ailleurs pas plus mal – on n’a pas besoin d’un cliffhanger pour avoir envie de lire les tomes suivants quand on a aimé le tome 1.

En conclusion, j’ai vraiment passé un excellent moment avec Hourglass. Il m’a juste manqué la « petite étincelle » pour en faire un coup de cœur, mais on n’est pas passé loin du tout. J’espère qu’il sera traduit en français un jour, parce que j’ai envie de le recommander à tout le monde !

16 commentaires:

  1. Je suis d'accord avec tout ce que tu dis (mais tu le savais déjà ça) :)
    Par contre sur le moment j'ai pas du tout pensé à Rouge Rubis, mais c'est vrai que maintenant que t'en parles... ^^ Le truc bien quand même c'est que les univers sont assez semblables mais donnent quand même des rendus totalement différents (j'sais pas si tu vois ce que je veux dire).
    Ah ah j'avais oublié le "his muscles have muscles", elle était pas mal celle-là aussi :P
    J'espère qu'on aura la petite étincelle avec le tome 2 :D (Même si ça va faire bizarre de passer à une narration du point de vue de Kaleb... j'crois que Emerson et ses "his muscles have muscles" va me manquer !)
    Bisous mon p'tit chat xx

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois tout à fait ce que tu veux dire, c'est ce que je me suis dit aussi :)
      A la fin de l'édition de mon livre y'avait le 1er chapitre du tome 2, du point de vue de Kaleb et... je sais pas, ça faisait pas pareil. J'crois que je préférais Emerson comme narratrice, mais bon, sur un chapitre c'est pas évident de juger.
      Bisous mon lapin ♥
      xxx

      Supprimer
  2. C'est vrai que la couverture est magnifique et ta chronique m'a encore plus donné envie de le lire. Mais je n'ai malheureusement pas (encore) le niveau suffisant pour lire en VO ... Je pense que je vais vraiment bosser plus qu'à fond en anglais car trop de livre VO me donne envie et je n'en PEUX PLUS !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hihi, c'est vrai que c'est une bonne motivation pour travailler son anglais ^^ J'espère que tu pourras passer à la lecture VO un jour, parce qu'il y a tellement de livres que les éditeurs français ignorent alors qu'ils mériteraient d'être traduits !

      Supprimer
  3. Roh... il m'a l'air trop bien ce livre! mais pourquoi est-il en anglais? POURQUOI?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parce que l'auteure est américaine, donc elle parle anglais ^^
      J'espère qu'il sera traduit un jour, comme ça tu pourras le lire :)

      Supprimer
  4. Ah ça y est, je VEUX lire ce livre !! :) Je n'ai encore jamais lu une intrigue de ce genre, ça me changerait un peu =)
    Et puis je dois avouer que les couvertures de cette trilogie sont magnifiques, surtout les deux derniers tomes ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien les histoires de voyage dans le temps, c'est vrai qu'il n'y en a pas beaucoup mais c'est un thème super intéressant je trouve :)
      J'avoue que les couvertures sont la principale raison pour laquelle j'ai commencé cette trilogie : elle sont TELLEMENT BELLES ! *-*

      Supprimer
    2. Yes ! :p Et dis -moi, tu l'as lu en format papier ? Est-ce que le papier de la couverture à des reflets un peu style métallisés ? x)
      (Oui, je me pose souvent ce genre de question... désolée ^^")

      Supprimer
    3. Oui ! C'est pour ça qu'elle est encore plus belle en vrai, cette couv'. (mais le problème c'est qu'on voit super bien les traces de doigts dessus aussi... quand je m'en suis rendue compte j'osais plus à peine la toucher u_u)
      (je te comprends, t'inquiètes, c'est super important pour moi aussi les couvertures ^^)

      Supprimer
    4. Yes !! :D C'est cool ça ! Même s'il me faudra prendre ce livre avec des gants par la suite :p
      Et dernière petite question, tu prends tes livres en reliés ou en brochés ? :)

      Supprimer
    5. J'préfère les reliés parce que y'a moins de risque d’abîmer la couverture mais le plus souvent je prends des brochés parce que c'est moins cher ^^ (celui ci je l'ai en format broché)

      Supprimer
  5. ALTHEA A ETE TROP MECHANTE AVEC SA CHRONIQUE ET TOI AUSSI T.T
    Je vais être obligée de l'acheter VOILA. J'espère que tu es contente parce que ma WL non !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je suis très contente :3 Ta WL me remerciera un jour, parce que je l'enrichis ^^

      Supprimer
  6. Oh oui j'avais vu ce livre il y a un petit bout de temps sur certains blogs US, mais j'avoue que je n'ai pas regardé plus prés, j'aurais peut etre du, ça semble une jolie découverte, merci pour ton avis !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aussi belle que sa couverture, hehe ;)

      Supprimer