samedi 16 mars 2013

Le syndrome [E], Franck Thilliez

Titre : Le syndrome [E]
Date de parution : octobre 2010



Résumé :
Un film mystérieux et malsain qui rend aveugle...
Voilà de quoi gâcher les vacances de Lucie Hennebelle, lieutenant de police à Lille, et de ses deux adorables jumelles.

Cinq cadavres retrouvés atrocement mutilés, le crâne scié...
Il n'en fallait pas plus à la Criminelle pour rappeler le comissaire Franck Sharko en congé forcé pour soigner ses crises de schizophrénie.

Deux pistes pour une seule et même affaire qui va réunir Hennebelle et Sharko, si différents et pourtant si proches dans leur conception du métier.
Des bidonvilles du Caire aux orphelinats du Canada des années cinquante, les deux nouveaux équipiers vont mettre le doigt sur un mal inconnu, d'une réalité effrayante et qui révèle que nous pourrions tous commettre le pire.
Car aujourd'hui, ceux qui ne connaissent pas le syndrome E, ne savent pas encore de quoi ils sont capables...

Mon avis :
Le résumé m'avait accrochée, mais sans plus. En revanche, dès les premières pages, j'ai été captivée. Déjà, j'aime le style d'écriture de Thilliez, assez simple, pas de phrases de dix kilomètres un peu lourdes, c'est très fluide, et même si les thèmes abordés (j'y reviendrai plus tard) sont assez techniques, on arrive à suivre sans aucun problème.
Je me suis rapidement attachée au duo détonnant que forment les deux personnages principaux, personnages assez complexes avec un lourd passé (mais n'ayant  pas lu les précédents romans les mettant en scène, je pense qu'il me manque des éléments pour vraiment les comprendre, notamment par rapport à la maladie de Sharko)

Quant à l'intrigue elle-même, elle m'a fascinée ! J'ai été impressionnée par l'importance et la précision des connaissance dans les domaines abordés, que ce soit la neurologie, la cinématographie, les orphelins, etc... - je n'imagine même pas le nombre d'heures de recherche qu'il a fallu à l'auteur pour réunir et assimiler toutes ces informations ! 
On est tenu en haleine durant toute la lecture, avec des plusieurs pistes qui se recoupent petit à petit, des chapitres coupés juste au bon endroit pour nous empêcher de poser le livre, on veut savoir la suite ! Et c'est un thriller qui donne naissance à réflexion, sur la violence, le libre-arbitre, la société d'images, pas uniquement de l'action, du gore, des courses-poursuites et des bains de sang comme dans les thrillers à l'américaine.

Bref, je suis convaincue ! Il me tarde de lire Gataca, la suite du syndrome [E], car la fin laisse le lecteur sur sa... faim ! Un tel suspense juste à la dernière page, et laisser le lecteur sans réponse, c'est inhumain !  

Aucun commentaire:

Publier un commentaire